Portraits

Blitz Motorcycles, préparateur motos

14 janvier 2015
Les Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto custum

Paris intramuros. Quelque part… Aujourd’hui, ce sont deux mains que je m’apprête à serrer. Celles de Fred Jourden et d’Hugo Jézégabel, respectivement, ex-directeur marketing et ex-paysagiste. Ils ont décidé de vivre de ce qui les fait vibrer. De leur amitié et de leur passion commune est né en février 2011 un atelier de mécanique moto : “Blitz Motorcycles”. Leur job ? La customisation de motos vintage. Ils sont aujourd’hui le fer de lance du moto custom hexagonal.

J’attends Fred à l’endroit de notre rendez-vous. De la rue, rien ne laisse présager de la présence de leur atelier-garage. Je l’aperçois soudain au coin de la rue. Sa démarche est rapide, son regard aiguisé, son sourire bien en place. Je devine un homme qui sait où il va. Il porte une barbe épaisse et hirsute. Je pense que lui-même ne se souvient pas de la dernière fois qu’il a porté un rasoir à son visage. En la voyant de plus près, je me demande si cette barbe n’abriterait pas un secret. Sa main tient un paquet de gâteaux. “Ca sera mon déjeuner”me dit-il. Léger comme repas, mais j’imagine qu’il se nourrit d’autre chose…

“Suis-moi”. Tapi dans les entrailles d’un immeuble, dissimulé derrière une succession de parkings et de garages, l’atelier de Blitz Motorcycles. Je découvre une pièce atypique. Une sorte de fusion entre le café “Central Perk” de la série “Friends” et la taverne des bikers de “Sons of Anarchy”. Un énorme bric à brac désordonné. Deux grands canapés usés, un vieux flipper, des animaux empaillés, un jeu de fléchettes, une vieille carte de géographie punaisée au mur… A l’abri des regards et de la lumière du jour, il y fait sombre et froid. Une porte ajourée laisse entrevoir l’atelier de mécanique. Un pont élévateur, des guirlandes de réservoirs au plafond, une ribambelle de moteurs entreposés sur les établis. Hugo est là, tripotant un moteur, les mains noires de cambouis. Je lui tends la main, il regarde la sienne… On se fait la bise. Une casquette aux couleurs de “Blitz” est vissée sur sa tête. Il porte une chemise à carreaux et des boots aux pieds. Ces deux belles-gueules mettent un coup de guidon à l’image stéréotypée que l’on peut avoir d’un mécanicien.

www-lesmainsbaladeuses-com-blitz-motorcylces-05Les Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto customLes Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto custom

“C’est là qu’est ma place”

Sur fond de bruit métallique et de grondement de moteur, Fred, entre deux bouchées de biscuit, me raconte leur histoire. Tous deux bien-nés, exercer un travail manuel n’était pas une option. Pourtant Fred a toujours aimé ça. Enfant, il pratiquait le modélisme thermique avec son père. Il désigne du doigt un petit camion. “Ca, c’est moi. J’avais 12 ans”. Je comprends que c’est lui qui l’a fabriqué, mais en  y réfléchissant, je comprends aussi que cet objet est simplement l’expression de sa personnalité. “Et puis, ça tombe dans l’oubli, parce qu’il est hors de question pour un garçon de famille bourgeoise comme je l’étais de faire un métier manuel. Mes parents avaient besoin d’être rassurés.”
Les peurs guideraient-elles nos choix de vie ?

Fred sortira de Sup de Co, et fera travailler sa tête pendant 15 ans dans le domaine de l’Internet. Il monte les échelons de l’entreprise jusqu’à devenir Directeur Marketing. “A 27 ans, j’ai passé mon permis et je me suis acheté une vieille moto de 61. Mes amis me disaient qu’elle tomberait en panne. Pour être en mesure de la réparer, je me suis inscrit à un CAP de mécanique que je suivais en cours du soir. Etre capable de réparer ma moto était une bonne excuse pour pouvoir bosser avec mes mains. Je savais que j’allais devoir justifier mon choix”. Ce qu’il a mis du temps à admettre, c’est cette petite voix qui s’est manifestée le premier jour à l’école de mécanique : “C’est là qu’est ma place”, a-t-elle prononcée.  Pendant 4 ans, Fred ignore sa voix intérieure, et continue de faire son métier de directeur marketing. Il passe son temps libre à fabriquer des motos. “J’en ai 20. Dès que j’en finissais une, j’en commençais une autre. C’était une drogue. Je perdais tout repère. Le temps et l’espace n’existaient plus”. Au vu de ces symptômes, je lui diagnostique la maladie d’amour de la mécanique moto.

Les Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto custom

Un peu plus tard, il rencontre Hugo, de 10 ans son cadet, paysagiste attiré par les grands espaces. Lui aussi est passionné de mécanique. Ensemble, soirs et week-ends, ils personnalisent des motos pour les copains. “A la fin, j’avais négocié un mi-temps !”me dit Fred. Il a fallu qu’ils se rendent à l’évidence, leur énergie et leur enthousiasme, étaient consacrés à la mécanique moto. Fred fini par proposer à Hugo d’ouvrir un atelier. “T’as raison, faisons-le !”. C’était en 2010. Un an plus tard, les statuts étaient déposés, la marque “Blitz Motorcycles” créée.

“Ils redonnent au travail manuel toute sa dimension créatrice”

Blitz n’est pas un atelier mécanique comme les autres. N’imaginez pas que vous pourriez y faire vidanger votre moto ou y faire changer un pneu. Les gars de Blitz ne sont pas des mécaniciens-réparateurs, mais plutôt des mécaniciens-stylistes. Le client arrive avec un vieil engin de n’importe quelle marque. Fred et Hugo prennent les mesures des envies et de la personnalité de leur client. Ensuite, ils confectionnent la moto de A à Z. Du moteur à la peinture, du réservoir, au pot d’échappement en passant par le compteur de vitesse, tout est personnalisé. Ici on fait de la haute-couture. Chaque modèle est unique. Si vous souhaitez avoir un aperçu de leur création, les modèles défilent sur leur site internet. Fred peut enfin combiner “travail de la tête” et “travail des mains”. Ensemble, les mains de ces directeurs artistiques de la mode mécanique, mettent au jour ce que leurs têtes bien faites imaginent. Ils redonnent au travail manuel toute sa dimension créatrice.

Les Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto customLes Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto customLes Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto customLes Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto customLes Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto custom

“La liberté, ça rend heureux”

Pendant que Fred répond à un sms, je laisse errer mon regard dans cet atelier-brocante. Je me sens transportée dans un de ces vieux bars qui bordent la route 66. Je vois passer Fred et Hugo, le sourire aux lèvres, pilotant leurs vieilles motos, barbes au vent à la conquête de l’ouest américain. Ils sont libres. Libre comme la barbe de Fred. La liberté… Serait-ce le secret qu’elle dissimule ?

Le sms est envoyé. Fred enchaine sur sa situation “d’artisan-entrepreneur”. “On n’a de compte à rendre à personne. On est libres. La liberté, ça rend heureux. Et nous on l’a trouvée en travaillant de nos mains”. Ils sont tellement épris de liberté, les gars de Blitz, qu’ils sont allés explorer des territoires jusqu’alors inconnus : tournages vidéos, reportages photos, partage d’expérience, conférences, partenariats avec différentes marques de mode…  “Nous ne collaborons qu’avec des passionnés qui respectent un savoir-faire artisanal”.

Les Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto customLes Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto custom

“Ecoutez votre passion”

“Au début de l’aventure, personne n’aurait pu prédire tout ça. Si tu traces ton sillon, que tu te concentres sur ce que tu sais faire de mieux et que tu donnes le meilleur de toi-même, des gens s’intéresseront à toi. Et si des gens bien s’intéressent à toi, alors, ça t’ouvre des portes que tu n’aurais même pas imaginé”. Fred résume sa pensée en faisant allusion à Candide de Voltaire “L’important est de cultiver notre jardin”. Fred Jourden : artisan-entrepreneur-mécanicien-styliste-philosophe. Dans sa conférence Tedx, il formule ce conseil: “Soyez à l’écoute de votre passion. Elle vous fera grandir plus rapidement que vous ne pouvez l’imaginer, et vous emmènera dans des directions dont vous n’avez aucune idée à ce jour”.

Les Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto customLes Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, moto customLiberté.

Liberté dans leur choix de vie. Liberté dans la création des motos. Liberté dans le choix des partenaires professionnels. Liberté de choisir leur clientèle. Liberté d’être eux-mêmes. “Liberté” comme maître mot, érigé en philosophie de vie. Les Blitz customisent leur vie comme ils customisent l’exercice de leur métier. Et si c’était ça la liberté ? Customiser sa vie à SON image ?

Je quitte l’atelier, heureuse d’avoir défriché la barbe de Fred pour en extraire le secret. Soudain cette strophe du poème de Paul Eluard me revient à l’esprit :

“Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté”

Et vous, quelle est votre passion, celle qui vous fait vous sentir libre ?

◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂

Les Mains Baladeuses - Blitz Motorcycles, custumisation de motos à Paris◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂
Blitz Motorcycles
Quelque part
Paris intramuros

blitz motorcycleUne création-maison des mécaniciens-stylistes de Blitz Motorcycles – “La Parisienne” est une BMW sur laquelle a été installée un réservoir Yamaha / © photo : Gary Jézégabel

Le blog des Mains Baladeuses ne se laisse pas marcher sur les marche-pieds, c’est lui qui choisit ses artisans tripoteurs.

You Might Also Like

11 Comments

  • Reply Camille 15 janvier 2015 at 10:49

    Encore un superbe article!! J’adore! Je kiffe! Je like… Tout ce que vous voulez: Que du bonheur en lignes!

    • Reply magperr83 19 janvier 2015 at 11:09

      Merci beaucoup pour tes encouragements Camille :-)))

  • Reply francois 15 janvier 2015 at 21:25

    Tout simplement MERCI à vous les gars.

  • Reply Motards à La Française 15 janvier 2015 at 21:39

    Un superbe article sur les Blitz, je ne connaissais pas le parcours de ces couturiers de la mécanique, j’aime beaucoup cette phrase “Soyez à l’écoute de votre passion. Elle vous fera grandir plus rapidement que vous ne pouvez l’imaginer, et vous emmènera dans des directions dont vous n’avez aucune idée à ce jour”. En tout cas j’espère bien que la marque que je suis en train de créer connaitra la même success story à la Française ;-)

    Si un jour l’envie vous dit d’écrire sur ma marque, ça sera avec plaisir Magali…

    Cédric. V

    • Reply magperr83 19 janvier 2015 at 11:08

      Merci Cédric pour votre commentaire. Je souhaite beaucoup de succès à Motards à la française :-) Je vous contacterai pour en savoir davantage sur votre entreprise. Bonne journée !

  • Reply LEBRUN 21 janvier 2015 at 23:06

    Bravo, Magali, encore un article réussi. C’est agréable de te lire.
    Presqu’un comte, tu nous embobines de tes mots gracieux. Leur histoire que tu nous donnes à déguster comme une friandise est un remue-méninges.
    Tu ouvres des perspectives sur notre nous à nous. Trouverons nous cette belle histoire qui est en nous, qui comme tu le décris si bien ne demande qu’à éclore?
    Merci Magali, pour tes « mains baladeuses » qui nous promènent!

    • Reply magperr83 22 janvier 2015 at 12:07

      Merci énormément Didier pour ton commentaire :-) Heureuse de savoir que ça fait résonance ;-) Belle journée

  • Reply Anthony 17 avril 2015 at 13:06

    Un grand MERCI Magali, pour nous avoir fait partager cette belle rencontre. Le ton est donné dès le début, tu nous jette dans l’ambiance et le style old school dans lequel vivent ces deux passionnés. Leurs parcours et leur travail est sublimes et tu réussi vraiment à nous plonger dans cet univers.
    J’ai autant de frissons après avoir lu ton article qu’a la fin du film « the greasy hands preachers » ou l’on peu voir Fred et Hugo nous parler de leur passion.
    Merci encore.
    Life for ride

    • Reply magperr83 17 avril 2015 at 17:36

      Un grand merci à toi Anthony, tout d’abord pour avoir pris le temps d’écrire un commentaire, ensuite pour les mots que tu y glisses. Je suis heureuse que tu aies pris plaisir à sa lecture et que tu en aies ressenti de l’émotion. Merci et bonne route ;-)

  • Reply THOM 19 juillet 2016 at 18:59

    Bonjour,
    Pourriez vous m’indiquer le nom de la formation CAP suivie par Fred? Je travaille à Paris et impossible de trouver des cours du soir.
    Merci
    Thomas

    • Reply magperr83 22 juillet 2016 at 09:03

      Bonjour Thomas, pour répondre à votre question, Fred a passé son CAP au Lycée Charles Petiet de Villeneuve la Garenne en cours du soir. Ces derniers ont fermé en 2007 pour les adultes faute de candidats. Fred ne connaît pas d’autres formations. Désolée de ne pouvoir pas mieux vous orienter. Bonne recherche et bonne continuation :-)

    Leave a Reply