Portraits

Florent Lubienicki, artiste graphique

31 juillet 2015
www.lesmainsbaladeuses.com -Florent Lubiniecki - artiste

Un jour, au gré d’une cyber flânerie, je tombe sur une vidéo intitulée “The Flow Drawing”. Elle présente l’une des oeuvres artistiques d’un jeune français. Le nom de cette pièce fait référence au concept développé par le psychologue hongrois Mihály Csíkszentmihályi. Le“Flow” est l’état mental atteint par une personne lorsqu’elle est complètement immergée dans son activité, atteignant un haut degré de concentration, entraînant la perte de la conscience de soi et du temps. Je ne peux pas résister à le contacter, lui qui fait référence à une notion bien connue de la psychologie positive. Après un échange mail, je saute dans le RER direction la périphérie parisienne pour serrer la main de Florent Lubienicki, artiste graphique.

Installé dans la région parisienne depuis peu, Florent m’accueille dans l’appartement de sa grand-mère. Sur la table ronde de la salle à manger, le dessous de plat et la théière consentent docilement à cohabiter avec les stylos et les feuilles de l’artiste, malgré la volonté à peine masquée de ces derniers de les déposséder de leur pré carré. A l’extérieur, le balcon s’élance vers le parc comme une invitation à nous prélasser au soleil. Le vent chante dans les feuillages. Dans le salon règne une quiétude saveur confiture de fraises que préparait ma grand-mère.

www.lesmainsbaladeuses.com -Florent Lubiniecki - artiste

“Je voulais qu’il naisse quelque chose de nouveau”

Florent me raconte son histoire. Son accent toulousain joue avec les rayons du soleil. Cet enfant de Castres, qui dessine depuis “toujours”, y a suivi les cours des Beaux-Arts. Il y apprend la discipline et le dépassement de soi. “Mes profs me poussaient à y aller à fond. C’est une sacrée remise en question quand tu es confronté pour la première fois au “C’est bien, mais tu peux faire mieux.”” Au cours de cette première année, sa relation avec le dessin devient fusionnelle, au point qu’il ressent le besoin de mettre de la distance avec son art. Florent propose à ses stylos et à ses pinceaux de faire un break. “Je voulais qu’il naisse quelque chose de nouveau ; arrêter de faire ce que je maîtrise. Je voulais tuer le gamin, et le meilleur moyen de le tuer, c’était d’arrêter.” Il faudra attendre encore quelques années avant qu’il ne décide à renouer.

Car après sa formation, Florent s’envole au Québec. Il y devient mosaïste. Grâce à cette activité, il développe une super vision. Une sorte de super pouvoir qui lui permet de détecter couleurs, nuances et demi-tons. “Je me souviens arriver chez un copain et avoir scotché sur son carrelage. Il était exactement de la couleur que j’avais cherchée toute la journée !” s’amuse-t-il. “C’est devenu addictif. J’aimais chercher les couleurs. Je n’avais qu’une envie le matin, c’était de me lever et d’y retourner.” Serait-il retomber dans une relation passionnelle ? …

Mais l’on n’oublie jamais ses premières amours et à son retour en France, Florent renoue avec le dessin. “Je m’étais oublié. J’étais frustré ; j’avais plein d’idées que j’avais besoin de concrétiser.” Ensemble, ils rattrapent le temps pendant lequel la trajectoire de Florent les a éloignés : “Depuis que je suis rentré, je produis constamment.”

www.lesmainsbaladeuses.com -Florent Lubiniecki - artistewww.lesmainsbaladeuses.com -Florent Lubiniecki - artiste

“J’utilise vraiment mon corps quand je crée. Je le laisse s’exprimer”

Dans son travail, Florent dessine ou grave des lignes. Chacune se faisant l’écho de l’autre, il ne connaît jamais à l’avance le dessin final qu’elles constitueront. L’artiste comble le vide et tente de donner existence à l’invisible, à l’intangible. Sous ses mains jaillissent des mers et des lacs, émergent des montagnes et des collines ; Florent réinvente la création de l’univers. Chaque pièce nous renvoie à l’intime et réveille ce que nous portons en chacun de nous : notre part d’éternité.

Il sort une grande feuille dans laquelle il a capturé la lumière. Probablement a-t-elle été piégée, envoûtée par son accent ensoleillé. “J’utilise l’or pour sa symbolique sacrée.” Je l’observe travailler. Une main tenant la pointe d’un compas, l’autre une règle, il creuse des sillons. La feuille prend peu à peu des allures de mer au soleil couchant, à l’heure où le soleil embrasse l’horizon. Son visage penché au dessus du rivage, les vagues floutent son reflet. Il plonge. Le voici complètement immergé dans son activité. Il est en état de flow. “Le temps n’existe pas quand je produis”. Confirmation. Il y a de la maîtrise dans le geste, de la patience dans la démarche et un secret caché dans les profondeurs. Un mélange de contrôle et de lâcher-prise. “J’utilise vraiment mon corps quand je crée. Je le laisse s’exprimer.” me dit-il.

florentJe profite de la vague pour quitter Florent. Si l’artiste maîtrise son geste, il y a toujours dans sa démarche une part d’imprévu. Formant comme autant de lignes de vie, les chemins qu’il trace ont une destination inconnue. A l’image de la vie elle-même. Si nous tentons irrépressiblement de tracer notre route, seul le début du chemin nous est connu. Nous n’avons souvent que l’illusion du contrôle sur les événements. Et si le secret était de se laisser porter par le flot ?

www.lesmainsbaladeuses.com -Florent Lubiniecki - artiste

◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂
www.lesmainsbaladeuses.com -Florent Lubiniecki - artisteFlorent Lubienicki
www.florentlubienicki.com
◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂

 

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Camille 1 septembre 2015 at 16:23

    Wunderschöne Nachrichtung!

  • Reply magperr83 1 septembre 2015 at 21:42

    Danke ! :-)

  • Reply Carmen 2 septembre 2015 at 02:55

    Eh bien moi je vais dire  » wonderful » puisque c’est à New York que je me suis plongée dans cette merveilleuse rencontre.

  • Reply magperr83 2 septembre 2015 at 08:10

    Merci Carmen ! Enjoy and have fun ;-)))

  • Reply Joanna 2 septembre 2015 at 09:03

    Magnifique, la sérendipité et cet appel à embrasser notre vocation. Merci.

    • Reply magperr83 2 septembre 2015 at 09:27

      Merci Joanna, tu en es un bel exemple :-)) Bises !

    Leave a Reply