Portraits

Morgane Ricada, ébéniste et créatrice de Knieja Wood

5 juillet 2017
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris

 

En cet après-midi de juin, j’ai rendez-vous dans un écosystème à part, situé à la lisière de l’avenue Denfert Rochereau. Je franchis les portes du site des Grands Voisins. Dans ce biotope cohabitent en symbiose plusieurs essences : artistes, travailleurs sociaux, startupers, personnes démunies et artisans, qui y vivent, travaillent et surtout, créent du lien. C’est ici, dans l’ancien hôpital de Saint-Vincent-de-Paul, que je rencontre Morgane Ricada, ébéniste et créatrice de Knieja Wood ; une jeune pousse dans le milieu artisanal. La jeune femme, formée à l’école Boulle, crée des objets d’art de la table en bois massif dans l’objectif de “faire entrer la beauté organique du bois dans nos intérieurs.”

 

www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com-knieja-wood-31

 

Morgane me donne rendez-vous devant “La Lingerie”, un lieu de restauration qui a pris ses quartiers dans l’ancienne lingerie de l’Hôpital. La jeune ébéniste vient à ma rencontre. Elle a un physique de brindille ; si elle était un arbre, elle serait un peuplier. Elle me conduit à son atelier situé dans l’un des anciens labos de la maternité. Le couloir qui nous y conduit est aussi accueillant… qu’un couloir d’hôpital ! Nous croisons les bureaux de l’association ZEP, les ateliers de plasticiens et d’une photographe, avant de nous tenir devant une porte verte arborant une affiche de forêts sur lesquelles se détachent en lettres blanches “Knieja Wood”. “Le nom est un hommage à mon grand-père originaire de Pologne. “Knieja” signifie bois en polonais.” m’apprend-elle. Je suis accueillie par Josie, la petite chienne adoptive de Morgane, devenue experte en « taille de buisson et machouillage de bois. »

 

www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com-knieja-wood-19
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris

 

Du lino bleu, une desserte en faïence blanche qui me rappelle les cours de physique, des murs blancs cassés légèrement décrépis semblables à l’écorce d’un platane. A première vue, on est loin de la balade en forêt. Et pourtant, malgré la décoration clinique de la pièce, Morgane a réussi à faire de ses 13m2 d’atelier un petit bout de campagne en plein 14e arrondissement. La campagne, c’est là d’où vient cette parisienne d’adoption. “J’ai grandi à La Chapelle-sur-Chézy, un petit village de 286 habitants situé dans le Sud de l’Aisne.” Celle qui s’imaginait volontiers devenir architecte d’intérieur n’aurait jamais imaginé s’installer dans la capitale. Elle y déposera ses cartons en 2011 pour y poursuivre un Master en communication globale. Car avant de prendre les sentiers des sous bois, Morgane a commencé sa carrière dans la jungle de la communication en tant qu’attachée de presse.

 

www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris

“Enfant, mon espace de jeu préféré était le bois situé à côté de chez mes parents.”

Les odeurs de lichen et le bruissement des feuillages sont les madeleines de Proust de la jeune femme. “Enfant, mon espace de jeu préféré était le bois situé à côté de chez mes parents.” se souvient-elle. Il faut dire que dans la famille de Morgane, les hommes se transmettent de génération en génération la maîtrise de l’exploitation durable de la forêt. Une activité qu’ils pratiquaient en loisirs. “Pour mon père, c’était une excuse pour aller s’y balader. Je lui dois probablement mon admiration pour les arbres.” Naturellement, l’histoire de Knieja Wood démarre un jour de balade. Un très bel acacia doit être coupé pour laisser la place aux plus petits. L’arbre est magnifique. “Je ne pouvais pas le laisser partir en bois de chauffage.” se rappelle Morgane. Elle repart avec trois énormes tronçons de l’arbre condamné et quelques idées en tête. “Je les ai travaillés et je les ai posés sur ma table de salon en guise de plateaux décoratifs. Mes amis m’ont complimenté. C’est ainsi qu’est née l’envie de travailler le bois brut pour en faire des objets de décoration naturels.

 

www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris

www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris

“Je me suis sentie tiraillée entre l’envie de réaliser mes rêves et celle de conserver une sécurité financière.”

La jeune femme alors âgée de 27 ans profite d’un licenciement économique pour lancer ce qui deviendra sa marque “Knieja Wood”. “J’ai vécu ce licenciement comme une révélation ; le moment était venu de changer de cap”. Les racines des conventions sont longues et profondes. “Je me suis sentie tiraillée entre l’envie de réaliser mes rêves et celle de conserver une sécurité financière.” Morgane prend de la hauteur et s’interroge : “Je me suis dit qu’on a qu’une vie. Qu’est-ce que j’ai envie d’en faire ?”. Réponse : travailler le bois et devenir artisan entrepreneur.

 

www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris

“C’est du bois déclassé, alors que pour moi, il est magnifique.”

Dès 2014, été comme hiver, par des températures caniculaires ou sibériennes, Morgane travaille chez ses parents, au plus près des forêts environnantes où elle source le bois. Elle découpe, sape, ponce dans le jardin familial sur un petit établi d’appoint pour créer des plateaux décoratifs et des planches à découper. “J’avais des engelures aux doigts l’hiver ! ” se souvient-elle en riant. Son père fait office d’indic. “Il fait partie de l’aventure. C’est lui qui me met en relation avec les propriétaires des arbres qui doivent être coupés.” Morgane n’impose pas les coupes, elle suit le cycle naturel de la forêt et achète le bois qui n’intéresse pas les marchands de bois. “Si l’arbre est trop sinueux, il n’a pas de valeur pour eux. C’est du bois déclassé, alors que pour moi, il est magnifique. De fait, il partirait en fumée dans nos cheminées.”

Au volant de sa Peugeot 306, Morgane multiplie les allers retours entre la maison parentale où elle travaille le bois, et son appartement du 14e arrondissement, soit 1h30 de voyage à chaque trajet. Jusqu’à ce jour d’octobre 2015 où elle envoie sa candidature aux Grands Voisins pour obtenir un atelier “J’étais dans les starting-blocks. J’ai senti l’urgence.” La bonne nouvelle arrivera par mail… en mars de l’année suivante.

 

www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris

 

Chaque recoin de l’atelier est utilisé pour entreposer la matière première de l’ébéniste. Sous les étagères, sur les étagères, sur le côté des étagères. Du chêne, du noyer, du frêne, du bouleau, de l’acacia, du merisier. Les essences utilisées par Morgane sont des espèces indigènes de sa région natale : “C’est un choix contraignant mais j’ai envie de m’y tenir. ” Tous les bois utilisés par Morgane sont du bois sourcé dans un rayon de 5 à 30 minutes de chez ses parents provenant d’arbres tombés naturellement ou qui doivent être coupés pour régénérer la forêt. “L’écorce à elle toute seule donne des indications sur l’essence de bois.” m’apprend Morgane. “L’écorce du frêne est lisse par exemple, contrairement à celle de l’acacia qui a un relief très prononcé.” Chaque arbre a sa spécificité. La couleur, le veinage, l’aspérité de l’écorce, mais aussi la manière dont on va le travailler et dont il va vieillir. “Les aspérités, les marques du temps et les noeuds sont des éléments que je tiens à conserver et à mettre en valeur, pour proposer des pièces à la beauté naturelle.

 

www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris
www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris

“C’est ce que j’aime le plus dans mon activité, le contact avec le bois.”

Josie, enroulée sur le fauteuil, fait la sieste. A l’arrière plan de la silhouette de la jeune ébéniste se détache les contours d’un érable. Dans le silence de son atelier, Morgane ponce une planche à découper. “J’aime bien travailler en silence pour entendre le bruit des outils sur le bois. C’est ce que j’aime le plus dans mon activité, le contact avec le bois. Son odeur, sa densité, ses teintes. C’est un matériau noble et naturel.” Le sourcing du bois dans la forêt ou chez des particuliers, la coupe, le débardage, la coupe, le séchage, la transformation du bois qui s’opère dans son atelier – la découpe, le limage et le ponçage – Morgane est présente tout au long du processus. “J’ai vu l’arbre, j’ai suivi toutes les étapes. Je suis fière de travailler de manière éco-responsable. Ce que je fais est durable dans le temps.”

Morgane est une dryade. Une nymphe qui préside au culte des arbres ayant quitté son environnement naturel pour militer à leur respect au coeur même de la ville.

www.lesmainsbaladeuses.com - knieja wood - ébéniste paris


Knieja Wood

Objets utilitaires et décoratifs en bois
www.knieja-wood.com

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Laurence 7 juillet 2017 at 20:58

    Superbes photos et beau portrait ! Bravo !

    • Reply Magali 18 juillet 2017 at 09:32

      Merci beaucoup pour votre commentaire Laurence :-))

    Leave a Reply