Portraits

Julien de Studio 6 Lettres, peintre en lettres

26 février 2015
www.lesmainsbaladeuses.com - Studio 6 lettres - peintre en lettres à Paris

Aujourd’hui, je serre la main de Julien Raout artisan tripoteur de Studio 6 Lettres. Il m’a donné rendez-vous au Café Popote. A mon arrivée, je le découvre à l’intérieur du café, le nez collé à la vitrine. Non pas qu’il guette ma venue avec impatience ; Julien dessine des lettres sur la devanture du café. Il a renoué avec un vieux métier délaissé avec l’arrivée des ordinateurs. Julien est peintre en lettres.
Si vous n’êtes pas né(e) à la fin du XIXe, ce métier vous est peut-être inconnu. Le peintre en lettres est spécialisé dans l’écriture. Il peint sur des façades de magasins, des murs, des vitrines… Ce métier a du être inventé par à un mec frustré à l’enfance de ne pouvoir écrire sur les murs…

A Paris, vous en croisez des dizaines par jour, de ces lettres fantômes qui hantent encore quelques anciennes devantures. Elles se dérobent à votre vue, mais dans un dernier souffle, elles vous invitent à découvrir ce lieu dont elles étaient autrefois les fières ambassadrices : “La Poste”, “Grand hôtel de l’aviation”, “Antiquités”, “Mercerie”… Parfois même, elles vous invitent à jouer au pendu ne laissant plus apparaître qu’un “e” et un “a” esseulés. Elles ont résisté aux affres du temps qui passe, aux affres du temps qu’il fait. Ces lettres ont fâné sur les murs de nos villes en même temps que fleurissaient l’ordinateur et l’impression. Les lettres adhésives les ont peu à peu remplacées. Julien lui, sait entendre les murmures de nos murs, l’oeil affuté et le coeur aimanté, il les déniche en arpentant les rues. J’imagine un petit sourire se dessiner sur ses lèvres à chaque partie de cache-cache remportée.

www.lesmainsbaladeuses.com - Studio 6 lettres - peintre en lettres à Paris

“ Je n’avais jamais pris conscience qu’on pouvait peindre des lettres.”

Son truc à lui, ce sont les lettres. Comme tous les coups de foudre, la rencontre de sa passion a pris l’apparence du hasard.  Sur fond de voix funeste d’un professeur de 4e,  son copain de classe donne vie à des lettres sur son cahier de brouillon. Julien est fasciné. Il tombe amoureux de la lettre. Un amour multiplié par 26. Imaginez donc le rythme des battements de son coeur ! Pour donner vie à cette histoire d’amour naissante, dont il ne sait encore rien de ce que le destin lui réserve, Julien devient graffeur. Pendant plusieurs années, les murs de sa ville vont être le terreau duquel il fait fleurir des lettres. Et puis, il suit les cours des Beaux-Arts de Nancy, noue des liens d’amitié avec la photo, et devient ensuite maquettiste pour le magazine “Photo”. Le temps passe et la lassitude le gagne jusqu’au jour où il tombe “par hasard” sur une vidéo internet d’un peintre en lettres. “ C’est arrivé au moment où mon activité ne me satisfaisait plus. Je n’avais jamais pris conscience qu’on pouvait peindre des lettres.
Je l’ai vécu comme une révélation. Soudain, une porte s’ouvrait sur ce que je pourrais faire dans la vie”.  Il aura fallu encore un petit coup de pouce pour que Julien ose enfin accepter ce rendez-vous avec la lettre. “Un ami m’a dit “Si c’est ça que tu veux faire, fais-le”. J’avais besoin de croire que c’était possible”. Après toutes ces années au cours desquelles la lettre lui faisait des avances, il a enfin fini par les accepter. Il y a un an, il créé avec son amie Cécile “Studio 6 Lettres”. Il peut dorénavant folâtrer avec les six qui compose son prénom et les 20 autres de l’alphabet. “J’aime en créer, jouer avec les couleurs, les effets, les reliefs. Je ne me suis jamais lassé d’en dessiner.”

www.lesmainsbaladeuses.com-studio-6-lettreswww.lesmainsbaladeuses.com-studio-6-lettreswww.lesmainsbaladeuses.com-studio-6-lettreswww.lesmainsbaladeuses.com - Studio 6 lettres - peintre en lettres à Paris

“Je suis heureux de pouvoir créer à partir de mes mains.”

Pour le café Popote, Julien doit dessiner 36 lettres garnies de feuilles d’or sur deux vitrines en verre. Au moment où je le rejoins, je le découvre en équilibre, les pointes de pieds sur les barreaux d’un tabouret de bar. Il me fait immédiatement penser à un acrobate cherchant l’équilibre sur son monocycle, sa canne de peintre en guise de balancier. Il est en train de donner naissance à un “R”. La tâche se fait sans douleur mais demande beaucoup de concentration. Le silence est de rigueur, tant accoucher de lettres est un travail minutieux. Ses gestes se font délicats, presque amoureux, surtout lorsqu’il trace les courbes d’un “B” ou le galbe d’un “C”. Sa canne à peindre lui sert de point d’appui. Les postures de ses mains me rappellent celles que je prenais à la lueur de ma lampe torche pour faire apparaitre un loup ou un oiseau sur le mur de ma chambre lorsque j’étais enfant. “Après avoir longtemps travaillé derrière l’écran d’un ordinateur, je suis heureux de pouvoir créer à partir de mes mains. J’aime être capable de réaliser de belles lettres harmonieuses sans l’aide d’un ordinateur”, me dit-il. Ca demande juste un peu plus de patience. D’autant que Julien va les parer de feuilles d’or et leur donner un effet de relief. Tisser une relation entre des lettres et une vitrine demande du temps.

www.lesmainsbaladeuses.com-studio-6-lettreswww.lesmainsbaladeuses.com-studio-6-lettres

Après l’étape périlleuse du tracé du contour des lettres, vient le moment le plus délicat : la pose de feuilles d’or. Il y a de la fébrilité lorsqu’il doit détacher la si fine et délicate feuille de son carnet. La tension est palpable. Nous cessons de respirer. Le temps est comme suspendu. La feuille se trouve maintenant en lévitation au bout de son pinceau. Ces deux-là n’osent pas se toucher, il s’effleurent seulement. Fiévreusement, la main de Julien conduit la feuille d’or jusqu’à la vitre. L’attraction physique est immédiate, elles sont irrémédiablement attirées l’une par l’autre. Il y a des relations qui vont plus vite que d’autres… Plus tard, Julien enlèvera le surplus d’or, repassera à la peinture noire la partie des lettres qui devront avoir un effet mat, avant de répartir la couche finale qui scellera définitivement le lien entre les lettres et leur lieu d’accueil.

www.lesmainsbaladeuses.com-studio-6-lettreswww.lesmainsbaladeuses.com-studio-6-lettreswww.lesmainsbaladeuses.com-studio-6-lettreswww.lesmainsbaladeuses.com-studio-6-lettreswww.lesmainsbaladeuses.com-studio-6-lettres

“Si vous cherchez à savoir ce qui vous fait vibrer dans la vie, détectez le moment où vos yeux s’illuminent.”

Ne vous méprenez pas, ce travail méticuleux et raffiné demande du temps et de la patience. De nombreuses heures de travail et de nombreuses étapes auront été nécessaires pour que Julien achève son oeuvre et voit les 36 lettres se connecter avec la devanture du café Popote. “J’aime me dire que ces lettres seront toujours vivantes dans 50 ans.” Maintenant, c’est avec vous, qu’elles vont tenter d’entrer en relation.

Je quitte Julien. Je repense au moment où sa mémoire est partie faire un tour dans le souvenir de sa première rencontre avec la lettre, en 4e. Ses yeux scintillent comme si on y avait allumé la lumière. Il a trouvé son interrupteur. Je me dis que, à notre insu, ce qui nous anime prend le pouvoir sur notre regard. Alors, si vous cherchez à savoir ce qui vous fait vibrer dans la vie, détectez le moment où vos yeux s’illuminent. De quoi étiez-vous en train de parler ? Quel est cet interrupteur qui allume vos yeux, votre truc à vous ? A l’instar de Julien, une fois que vous l’aurez trouvé, activez-le le plus souvent possible… peut-être en en faisant votre métier ?

◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂
www.lesmainsbaladeuses.com-studio-6-lettres Studio 6 Lettres
Lettres peintes & dessinées à la main
Paris
Tel : 06 07 69 16 58

◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂
Le blog des Mains Baladeuses ne met en valeur que des artisans qu’il peut voir en peinture ; il choisit lui-même ses artisans tripoteurs.

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply Camille 2 mars 2015 at 11:14

    J’attends toujours de trouver cette lumière chez moi… Dans l’attente je me régale de ces textes magnifiques, de ces parcours de vie somptueux et si bien contés! J’adore le style, vive les mains baladeuses! De la douceur et du bonheur dans ce monde de prutes (avec l’accent alsacien bien entendu. Toute ressemblance sonore avec un autre mot serait banie) :)

  • Reply Carmen 4 mars 2015 at 20:36

    Toujours une découverte ! Merci pour tous ces bons moments

  • Reply Julie 19 mars 2015 at 15:18

    Beau travail. Vous ne dites pas ou il a appris le métier de peintre en lettres ? Y’a t-il encore des formations ? Merci

    • Reply magperr83 19 mars 2015 at 21:10

      Bonjour Julie. Merci de vous balader sur le blog ;-)
      Julien a appris son métier en autodidacte, en visionnant des vidéos sur internet et en s’exerçant, beaucoup. Il n’y a à priori plus de formation pour ce métier qui est tombé en désuétude. Mike Mayer, un célèbre peintre en lettres américain, donne quelquefois des ateliers. Il en a animé un en septembre dernier à Paris. Peut-être en donnera-t-il cette année également : voir cet article http://betterletters.co/events/atelier-avec-mike-meyer-a-paris/. J’espère avoir répondu à votre question. A bientôt j’espère sur le blog :-)

  • Reply Houdry K.Ty 28 octobre 2015 at 19:44

    Et si,
    il y a une école spécialiste de cette discipline depuis 1925,
    Ecole BLOT de Reims,
    J’y suis professeur et responsable de l’enseignement de la lettre peinte après avoir été formée par M. Giacomino, successeur de M. Blot,
    cette discipline est toujours enseignée en France,
    Vous pouvez me joindre à k.ty@free.fr sinon sur le site Ecole BLOT

    Cordialement,
    K.Ty Houdry

  • Leave a Reply