Atelier

Visite de l’Atelier Zû à l’Hôtel artisanal parisien

29 avril 2019
Atelier Zû, objets du quotidien en porcelaine

 

J’ai rencontré Céline Salomon à l’occasion d’un talk sur l’entrepreneuriat organisé par Atelier Nubio en novembre dernier. La jeune femme de 29 ans rentrait d’une immersion de deux ans en Chine à parfaire sa maîtrise de la céramique. Cette ancienne architecte s’apprêtait à faire le grand saut dans le bain de l’entrepreneuriat artisanal, et attendait avec impatience d’investir son atelier en janvier à l’Hôtel Artisanal Parisien.

Hôtel Artisanal Parisien est né sous l’égide de la Chambre de Commerce et d’Artisanat de Paris avec la volonté de favoriser le retour de la production artisanale dans la capitale. Sur un plateau de 1 500m2, 21 espaces ont été créés pour accueillir de jeunes artisans et leur faire bénéficier d’un atelier adapté à leur besoin à un loyer attractif.

Le bâtiment me toise du haut de son austérité. « Métropole 19 », c’est bien ici. Au loin, j’aperçois une barrière peu engageante. Je me glisse dessous en mode limbo, trouve le bâtiment B, m’engouffre dans le monte charge, m’élève jusqu’au 4e étage. Au sortir, les couloirs blancs livides ressemblent à ceux des hôpitaux et seuls les extincteurs apportent une touche de couleur. Heureusement, je suis accueillie par le sourire de la jeune céramiste et je peux me fier à son GPS interne pour nous conduire dans ce dédale pasteurisé jusqu’à son atelier. J’aurais peut-être du semer de petits cailloux pour trouver le chemin du retour…

A mon entrée, la magie opère… son univers bleu et blanc est aussi doux que ses créations.

 

Atelier Zû, objets du quotidien en porcelaine

Atelier Zû, objets du quotidien en porcelaine

Atelier Zû, objets du quotidien en porcelaine

Atelier Zû, objets du quotidien en porcelaine

Atelier Zû, objets du quotidien en porcelaine

 

Céline a exercé le métier d’architecte 5 ans en agence avant de s’apercevoir qu’elle ne suivait pas la bonne voie. “L’échelle était trop grande”, admet-elle. Elle décide de revenir à la construction d’objets à une échelle humaine et à une temporalité proche du quotidien. Elle arrête tout en 2015, se prépare au passage du CAP et s’envole pour la Chine, à Jingdezhen, capitale mondiale de la porcelaine, où l’on y exerce le savoir-faire depuis le Xe siècle. C’est au Jingdezhen Ceramic Institute qu’elle parfait sa maîtrise de la céramique et tombe amoureuse de ce matériau exigeant qu’est la porcelaine. « C’est là-bas que j’ai appris à l’aimer. C’est un art fin et délicat car la porcelaine est une matière sensible qui a une mémoire ; chaque geste maladroit s’imprime. » Est-ce aussi parce qu’elle a fait l’expérience douce amer de la solitude qu’elle s’est entichée de ce matériau si fragile ?
A l’instar des bâtiments qu’elle imaginait en tant qu’architecte, Céline doit penser sa pièce en amont, de sa géométrie aux forces qui vont s’exercer sous l’effet de la chaleur du four. “J’ai arrêté de penser que mes 6 années d’étude et l’exercice du métier d’architecte ont été une perte de temps ; j’ai suivi des enseignements et expérimenter des cas concrets qui m’ont permis de développer une réflexion que j’utilise quotidiennement dans ma nouvelle activité.”

En tant qu’artisan indépendant, Céline a pensé sa marque comme tout entrepreneur. Son nom, Atelier Zû, est l’alliance d’un mot français et d’un terme chinois, en hommage à son apprentissage en Chine. «  » ou , signifie rassembler, regrouper, tisser ou encore tribu ou famille. Ses questionnements ont ensuite été plus pragmatiques : « Comment rendre mon activité viable ? », « Quel positionnement choisir ? », « Quels sont mes clients ? », « Quel est mon marché ? » et l’inévitable étape chérie de tout porteur de projet : le « business plan ». « C’est nécessaire de se poser toutes ces questions. Et même si au début on renâcle à le faire, au bout d’un moment, on y prend goût. »

 

Atelier Zû, objets du quotidien en porcelaine

Atelier Zû, objets du quotidien en porcelaine

Atelier Zû, objets du quotidien en porcelaine

Atelier Zû, objets du quotidien en porcelaine

Atelier Zû, objets du quotidien en porcelaine

 

La céramiste crée des objets du quotidien sensibles et raffinés et se joue de la blancheur laiteuse de la porcelaine en y apportant des jeux de texture, des traits de calligraphie ou en la recouvrant d’émail bleu. « Le bleu m’intéresse beaucoup, notamment par son histoire. Les Grecs et les Romains la méprisaient. Les Rois de France en font la couleur royale au XII2 siècle. A cette époque, le peuple ne porte que du brun et du vert car la teinture coûte cher.  Aujourd’hui, elle est la couleur préférée des Européens et est portée par tous. » Chaque création suit une série d’étapes comme autant de rituels : le dessin technique, la modélisation de l’objet en terre, la création du moule. S’ensuivent le coulage de la porcelaine, la cuisson et le travail de la surface. Une pratique solitaire que Céline est heureuse de pouvoir briser de temps à autre avec ses collègues des ateliers voisins. « Cela crée une forme d’émulation. On échange sur nos pratiques, on s’enrichit de nos savoir-faire et de nos expériences. »

Parmi les artisans présents à Hôtel Artisanal Parisien, Céline m’évoque ces coups de coeur. Cinemailles, marque lancée par Julie qui conçoit et fabrique des costumes historiques en maille pour le cinéma, le théâtre et l’audiovisuel. « Je trouve ça fascinant : à chaque projet, elle doit se plonger dans une époque. Elle est de fait sans cesse dans l’apprentissage de nouvelles techniques et enrichi sa culture générale. » Ses voisins d’atelier, Mial et Geoffroy ont créé Vivant. Leur spécialité, le Kombucha, une boisson millénaire à base de thé naturellement fermenté. « Leurs recettes sont complexes et très élaborées. Même si elle ne contient pas d’alcool, les saveurs et sa légère effervescence en font une boisson festive. » Elle cite également Annabelle, de Matière Brute, qui propose une nouvelle génération de soins sans conservateurs, composés de plantes de saison et 100% made in France. « C’est la première marque proposant une composition exclusivement faite d’extrait de plantes bio et de saisons récoltées à maturité en France. Je les ai testés ; ça sent bon et la texture est super agréable. »

Parmi les autres artisans qui ont investi les lieux, on compte un néoniste, une designer, des bijoutiers, un plumassier, des artisans du bois et de la mode, une tapissière. « On est tous dans des moments de vie différents à exercer des savoir-faire très distincts les uns des autres, mais on se retrouve tous autour de l’artisanat. »

 

Atelier Zû
www.atelier-zu.com
Instagram

Hôtel Artisanal Parisien
134-140 rue d’Aubervilliers, Paris 19

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply