Portraits

Atelier Monsieur Madame, ébéniste

30 juin 2015
Atelier Monsieur Madame, ébénisterie

Aujourd’hui, je prends la direction du Pré Saint Gervais. Je pars serrer la main de Véronique et Olivier de l’Atelier d’ébénisterie Monsieur Madame. Véronique a été opticienne. Durant 15 années. A 40 ans, elle décide de se former à l’Ecole Boulle en ébénisterie. Dans son projet, elle embarque son frère, qui partage sa passion pour les meubles. Entre deux concerts de son groupe les Hushpuppies, Olivier lisse du bois à l’atelier.

A mon arrivée, j’applique les leçons de politesse élémentaires qui m’ont été inculquées dès mon plus jeune âge : “Bonjour Monsieur, bonjour Madame”.

Je pénètre dans la cour du 26 rue de Stalingrad. J’aperçois Olivier, les pieds dans l’herbe, les mains vissant une poignée au buffet année 60 qu’il finalise en cet après-midi ensoleillé. Je le salue : “bonjour monsieur !” Derrière lui, le mur rouge brique consent à se laisser verdir par le lierre galopant. Une palette en bois sert d’estrade au buffet qui domine ainsi la cour. A ses pieds, un marteau au repos se laisserait bien glisser dans l’herbe ; plus confortable pour une sieste. “Bonjour Madame !”. Véronique de son côté, cire un meuble en rotin des années 50. Au vu de son grand âge de meuble et de la vitesse que le temps exerce sur la mode, son propriétaire l’avait enterré dans le sous-sol de son immeuble. Olivier l’a exhumé de la cave de sa concierge, et l’atelier Monsieur Madame lui a redonné une seconde jeunesse. Véronique et son frère ont le pouvoir de déchiffrer l’encéphalogramme des meubles. Dans les veines du bois, ils détectent les pulsations de leurs coeurs. Collectionneurs compulsifs de meubles, ce sont eux qui passent juste derrière vous lorsque vous déposez dans la rue la vieille commode héritée de votre grand-mère. Furtifs et rapides, ils se fondent dans le décor, disparaissent derrière les réverbères. “Ca arrive que j’aille chercher mes enfants à l’école avec deux chaises sous le bras”, me dit Véronique d’un ton mi-amusé, mi-fautif. Pour Olivier, “une semaine où je ne trouve pas de meuble est une semaine triste. Je suis heureux quand j’en trouve un”.

Atelier Monsieur Madame, ébénisterieAtelier Monsieur Madame, ébénisterieAtelier Monsieur Madame, ébénisterieAtelier Monsieur Madame, ébénisterie

Véronique et Olivier faisaient les vide-greniers avant que ça ne devienne une mode. “On adore chiner”, m’avoue Olivier. “Le garage était rempli de meubles dont nous ne savions pas quoi faire à l’époque. On vivait ça comme une frustration”. L’Atelier Monsieur Madame s’inscrit dans une démarche responsable où rien ne se perd, tout se transforme. Ils chinent des pièces des années 40 à 70 pour les restaurer et les revisiter, et créent des meubles personnalisés au style rétro.

Atelier Monsieur Madame, ébénisterie

“Ca n’était pas le métier de ma vie”

Enfant, Véronique aimait passer du temps dans l’atelier du père ou du grand-père pour bricoler à leurs côtés. Mais des études en “bricolage”, ça n’existe pas. Elle décide de mettre ses qualités manuelles dans le domaine de l’optique. Une activité qu’elle exercera 15 ans, perdant de vue ce qui la passionne. Elle le dit elle-même : “ça n’était pas le métier de ma vie”. Quand elle décide de se reconvertir dans l’ébénisterie à l’Ecole Boulle, elle s’est entendue dire par les professionnels de la branche : “Mais vous êtes dingue ! Pourquoi souhaitez-vous devenir ébéniste, dans l’optique y a d’l’argent ?!” L’argent…

Atelier Monsieur Madame, ébénisterieAtelier Monsieur Madame, ébénisterie

“Ma satisfaction aujourd’hui ? Faire ce que j’aime.”

Elle m’avoue que ça n’a pas été facile de retourner à l’école “On se remet en question. Ce n’est pas évident surtout lorsqu’on a une famille. Heureusement, j’ai été soutenue par mon mari”. Après ses études, elle avait pour objectif d’intégrer un atelier d’ébénisterie. Aucune porte ne s’étant ouverte, elle décide en septembre 2014 de se lancer à son compte en créant l’Atelier Monsieur Madame. Madame, c’est elle, Monsieur, c’est lui, Olivier, son frère musicien, chanteur et compositeur du groupe de rock les Hushpuppies (vous connaissez forcément ce titre). Mais qu’est-ce qui a poussé ce rocker à poncer du bois dans un atelier d’ébénisterie ? “C’était un choix évident ; c’est ma grande soeur. Sur le papier, c’est forcément bien. Lorsque je suis en phase de composition avec le groupe, j’ai du temps libre pour venir à l’atelier”. Devinez ce qu’on a répondu à Véronique lorsqu’elle a parlé de son association avec son frère ? …. “Mais t’es dingue ! C’est déjà difficile d’avoir un associé mais avec son frère !”. Mais Véronique a décidé de voir plus loin que son métier d’opticienne et les mises en garde, et confesse “Ma satisfaction aujourd’hui ? Faire ce que j’aime.” Pas si dingue que ça…

A l’instar de sa soeur, Olivier, n’a pas toujours été une rock-star-restaurateur-de-meubles-vintage. Dans une autre vie, avant que le groupe connaisse le succès, il a été pendant 10 ans technicien de laboratoire dans la recherche. Serait-ce parce qu’ils ont donné un second souffle à leur vie qu’ils souhaitent aidé les meubles à faire de même ?

Atelier Monsieur Madame, ébénisterieDes meubles les uns à côté des autres, les uns devant les autres, les uns sur les autres, l’atelier de Monsieur Madame est une forêt. Une forêt de chênes, d’hêtres et de frênes. Entre les arbres, Véronique paraît toute chétive. Une forêt de meubles rétros dans le style années 50 et 60. “On aime restaurer ce qui aurait du être jeté pour le transformer et le sublimer. Il y a quelque chose de très satisfaisant de partir d’une planche pour en faire un meuble.” Pour eux, le bois est un matériau noble, beau et qui appelle la main. “On a envie de le toucher presque instinctivement”, me dit Véronique. “On a été étudiants avec des meubles Ikea, mais contrairement à nos meubles en bois, ça ne dure pas. Le bois est un matériau fait pour durer.”. Niché dans un coin sur les cimes d’une armoire, le chat du voisin, Lélé, joue à chat perché. “Si je le chasse et que je ferme la porte, il passe par la fenêtre”, dit Véronique.

Atelier Monsieur Madame, ébénisterieAtelier Monsieur Madame, ébénisterieAtelier Monsieur Madame, ébénisterie

Soudain, un bruit de fracas retentit dans l’atelier. Nous sursautons. Lélé a fait des siennes. Véronique l’attrape et le met à la porte, qu’elle ferme derrière elle. Amusée, j’imagine déjà le chat sauté sur le banc situé au pied de la fenêtre de l’atelier et se glisser entre les barreaux. Véronique qui nourrissait d’autres projets que d’ouvrir son propre atelier, et Lélé qui se faufile sans être vu, ont bien compris que dans la vie, quand une porte se ferme, une fenêtre s’ouvre…

◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂

Atelier Monsieur Madame, ébénisterieAtelier Monsieur Madame
26 rue de Stalingrad,
93310 Le Pré St Gervais
ateliermonsieurmadame@gmail.com
Toutes leurs créations sont à voir sur le site internet de l’Atelier Monsieur Madame
◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂

 

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Camille 1 juillet 2015 at 10:33

    J’adore! Quelle belle histoire!

  • Reply Carmen 7 juillet 2015 at 09:23

    Tu nous fais rêver avec tes merveilleux contes. Ton écriture est un vrai bonheur. Merci.

  • Leave a Reply