Portraits

Florigami, origamiste

17 mars 2016
www.lesmainsbaladeuses.com - florigami

Vous est-il déjà arrivé de croiser un cerf ? Ca m’est arrivé un jour de janvier. Il était majestueux. D’allure altière. Ce cerf, je ne l’ai pas croisé au cours d’une balade en forêt. Je me promenais parmi les feuilles glacées d’un magazine. Le cerf dont il est question, je peux le mettre au creux de ma main, et ses bois de papier sont inoffensifs. Il est né du savoir-faire du pliage de Floriane Touitou. Cette ancienne chercheuse en géologie physique a opéré un virage à 180° pour monter sa petite entreprise artisanale. Elle crée aujourd’hui tout un bestiaire déco en origami. Pliés à la main dans des papiers sélectionnés avec soin, animaux et insectes sont précieusement naturalisés et placés sous cloche. C’est dans son atelier montreuillois que j’ai rendez-vous pour lui serrer la main.
www.lesmainsbaladeuses.com - florigamiwww.lesmainsbaladeuses.com - florigami

“J’ai un doctorat de physique appliquée à la géologie”

J’arrive dans une cour dont les bâtiments n’ont pas la prétention d’accueillir plus d’un étage. Ils abritaient autrefois les Charpentiers de France. Sur la porte qui me conduit à son atelier, un C en métal digère un F. Je monte les marches en bois d’un escalier étroit et débouche sur un grand open space. Aucune trace de l’atelier d’un artisan en ces lieux aux murs blancs immaculés. Des tables, des ordinateurs, et le silence. Au sol, je ne décèle aucune empreinte d’animaux sauvages. Rien. Ils doivent être tapis dans les profondeurs de la forêt. Et pour cause, je me trouve dans une agence de communication spécialisée dans la vulgarisation scientifique.

Pour ne pas troubler la quiétude de la forêt endormie, Floriane et moi chuchotons. Comme s’il ne fallait ébruiter que derrière cette jeune créatrice de bestiaires en origami se cache un docteur en physique. Quoi ? Je m’exclame, faisant s’envoler une nuée d’oiseaux. “J’ai un doctorat de physique appliquée à la géologie.” Mon hochement de tête d’air un air entendu peine à masquer mon ignorance. “J’étais la caricature du scientifique dans son laboratoire : je portais une blouse blanche, des lunettes et je lisais des articles incompréhensibles en anglais.” Trois ans d’une vie solitaire et de lecture d’articles ennuyeux ont eu raison de sa destinée de chercheuse.

www.lesmainsbaladeuses.com - florigamiwww.lesmainsbaladeuses.com - florigami

“Je suis persuadée que l’on peut rassembler plusieurs passions dans une activité”

Elle fait un break d’un an et décide de vivre quelques uns de ses rêves de voyages mis en jachère le temps de ses études. Après un voyage au japon, c’est à Berlin que le déclic se produit. “J’y ai rencontré de nombreux reconvertis qui voulaient créer leur boîte. J’ai adoré leur énergie” De retour en France, c’est décidé, elle fera de la vulgarisation scientifique ! L’agence de communication dans laquelle nous nous trouvons lui propose un stage. “En parallèle, je contactais plein de gens, j’ai pris plein de rendez-vous pour en savoir plus sur le métier de chargé de communication scientifique” Le résultat ? “Je me suis rendue compte que je ne pouvais pas faire ce métier. Je n’avais pas le bon diplôme.” Ah La France et ses diplômes …. Qu’importe ! Floriane est arrivée à un tournant. Derrière elle, le chemin qui la conduisait à une carrière scientifique est nappée de brume ; elle en aperçoit de moins en moins les contours. Devant elle, se déploient plusieurs chemins, mais lequel emprunter ? “Je voulais sortir de la recherche pure, de l’immatériel. J’avais plein d’idées, mais j’étais perdue. J’aimais les loisirs créatifs, donner des conférences, l’imaginaire, raconter des histoires… Jusqu’au jour où j’ai fait 3h de brainstorming sous la conduite de mes collègues de l’agence. Ils m’ont travaillé au corps”… jusqu’à ce que le coeur s’ouvre. Un flot torrentiel la submerge “Au bout de 3h j’ai hurlé, comme on vomi ce que l’on a à l’intérieur de soi : “Je veux fabriquer un objet !” Du jour au lendemain, elle arrête sa recherche d’emploi. C’est en janvier 2014 qu’elle foule pour la première fois son nouveau chemin de vie : “J’ai eu peur”, m’avoue-t-elle.

Floriane retient de son expérience l’importance d’être accompagnée. “Je n’en serais pas là si je n’avais pas été guidée. Mes collègues m’ont permis d’accoucher de mon envie et c’est encore eux qui m’ont soufflé l’idée de créer des objets décoratifs en origami” Elle enchaine en me disant, rêveuse : “Tu vois, mon destin s’est scellé en 3 heures. Ca n’est pas parce que on a des tonnes d’idées qu’on ne peut pas s’arrêter sur une. Je suis persuadée que l’on peut rassembler plusieurs passions dans une activité.”

www.lesmainsbaladeuses.com - florigami

“Le virus de l’entreprenariat, quand tu l’attrapes, c’est difficile de s’en défaire”

Enfant, Floriane fabriquait des maisons de poupée avec des boites de chaussures “J’ai toujours aimé fabriquer des choses et apprendre en autodidacte”. Devenir scientifique quand on aime le travail manuel. CQFD ? Il faut dire que les conseillers d’orientation sont parfois déboussolés. Avec sa tête bien pleine et bien faite, Floriane ne se pose même pas la question. Elle suit une filière scientifique toute tracée jusqu’au doctorat. “Les conseillers d’orientation ne savent pas mieux gérer les bons élèves que les mauvais. C’est pas parce que t’es bon à l’école que tu vas faire le travail que t’aime. On n’a pas le mode d’emploi de nous-même, et on ne nous apprend pas à le découvrir. Tant qu’on n’a pas essayé les choses, on ne sait pas ce que l’on aime.” Elle le remarque autour d’elle, de nombreux scientifiques de sa connaissance sont en train de changer de voie. La crise de la quarantaine aurait-elle de nos jours 10 ans d’avance sur le planning ?

A 30 ans, Floriane ne regrette pas son parcours. Cette Docteur en géologie physique est fière de son statut d’entrepreneur artisan. “Le virus de l’entreprenariat, quand tu l’attrapes, c’est difficile de s’en défaire.” Son entourage en revanche a été plus… réticent à l’idée. Convaincre sa famille n’a pas été une mince affaire. Des craintes de parents qui l’imaginaient déjà dormir sous les ponts. Il a fallu en reconstruire un, de pont, entre son désir d’entreprenariat artisanal et le soutient de sa famille. C’est dans le cadre des Journées Européennes des Métiers d’Art que Floriane expose ses premières créations – et s’expose – aux regards. “Je n’avais rien. Juste 2 ou 3 cloches et quelques petits animaux en origami à l’intérieur. Mais ça a été un pas énorme pas dans la guérison de mon perfectionnisme et l’occasion de montrer à mon entourage que mon projet de reconversion était sérieux.”

www.lesmainsbaladeuses.com - florigamiwww.lesmainsbaladeuses.com - florigamiwww.lesmainsbaladeuses.com - florigami

“Je suis fière de fabriquer des choses de mes mains”

En reconvertie, Floriane apprend son nouveau métier par la force des choses, au jour le jour. Son crédo ? Le “learning by doing”. Tout le contraire de ce que l’on nous apprend à l’école “Le système éducatif nous pousse à l’excellence immédiate et ne nous autorise pas la progression”. Le « test & learn » est le moto qui la pousse à oser. “Si tu veux tout de suite atteindre la perfection, tu te décourages. Et dans l’entreprenariat, l’ennemi n°1, c’est la démotivation. Parce que tu es tout seul. Il n’y a personne pour te faire avancer”. Pour exemple, Floriane me montre son tableau avec toutes les étapes de la fabrication de la branche qui soutient le modèle d’hibou en origami qu’elle confectionne. Dix étapes ont été nécessaires pour arriver à la version finale. “Il faut s’autoriser à faire de la merde. Mais tu refais, et tu refais encore, jusqu’à ce que ça marche”

La lumière du soleil commence à baisser en intensité sur l’open-space. Le ciel s’assombrit. C’est à ce moment là que Floriane m’accompagne à l’orée du bois, à la rencontre d’êtres énigmatiques. Dans ce monde qui m’est inconnu, je suis à l’affut du moindre mouvement, du moindre bruissement de feuilles. Au loin, j’aperçois les bois majestueux d’un cerf se fondre dans la végétation. Le hululement d’un hibou perché sur la branche d’un arbre résonne. Le vent se lève. Les feuilles de papier s’agitent dans tous les sens dans cette forêt si délicate. Les mains de Floriane s’activent. Agiles. A cet instant, tous les animaux convergent vers nous, d’un pas lent, comme hypnotisés. Ils me frôlent mais ne semblent pas remarquer ma présence. Ils ne sont pas là pour moi. Ils viennent assister à la naissance d’un animal mythique… Du papier, des mains, c’est plié. Une licorne est née. “Je suis fière de fabriquer des choses de mes mains. Au début il n’y a rien, juste une feuille de papier, et après, y a ça” me dit-elle en me désignant d’un mouvement de tête sa dernière création.

www.lesmainsbaladeuses.com - florigamiwww.lesmainsbaladeuses.com - florigamiwww.lesmainsbaladeuses.com - florigamiwww.lesmainsbaladeuses.com - florigamiwww.lesmainsbaladeuses.com - florigamiElle ornera peut-être la cheminée ou l’étagère d’un couple, loin de là où elle a pris naissance. Floriane me montre la carte du monde sur laquelle elle marque d’une pastille de couleur tous les endroits où se trouvent l’un de ses animaux de papier ; New-York, Singapour, Nouvelle Zélande, Moscou, Dubaï… “Davantage de gens sont en contact avec ce que je fais aujourd’hui. Pour moi, c’est une bien meilleure réussite que ma thèse. Tous les jours, j’ai la satisfaction de faire avancer mon projet et de voir les fruits de mon travail.”

Les animaux de Florigami nous entraineraient-ils vers un nouveau modèle de réussite… loin des sentiers battus ?

◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂
www.lesmainsbaladeuses.com - florigamiFlorigami
www.florigami.fr
Bestiaire déco en origami

You Might Also Like

6 Comments

  • Reply Mandy 19 mars 2016 at 08:49

    Tres bel article j ai rencontre Floriane et j aime ses creations…. Une licorne habite chez moi un reve devenu realite!!! Je vois son parcours et je dis mille bravo. Belle continuation a toi et Florigami. ;)

    • Reply magperr83 19 mars 2016 at 11:51

      Bonjour Amandine ! Merci de votre passage sur le blog et pour votre commentaire ! A bientôt j’espère :-)

  • Reply Mathilde Gu 20 mars 2016 at 12:42

    Jolie rencontre et témoignage intéressant sur l’entrepreneuriat, la reconversion ou les découvertes de soi à soi, de soi aux autres aussi … Belle aventure & belle naissance de papillon !

    • Reply magperr83 20 mars 2016 at 18:24

      Merci pour ta visite et ton commentaire Malthilde :-)) A bientôt j’espère pour de nouvelles rencontres ;-)

  • Reply Astrid 24 mai 2016 at 20:46

    Superbe article. Pour avoir rencontré Floriane, je dois dire qu’il retransmet vraiment sa personnalité, sa générosité, son dynamisme. Qui plus est, une belle histoire… qui donne envie de se lancer ! Merci !!

    • Reply magperr83 25 mai 2016 at 09:05

      Bonjour Astrid, merci pour ton commentaire. C’est un bon compliment que tu me fais en disant qu’il retranscrit bien sa personnalité :-) Floriane a été une belle rencontre, très inspirante ! J’espère te revoir bientôt sur le blog ! Belle journée

    Leave a Reply