Portraits

La Manufacture du Paon, carnets uniques

27 janvier 2016
www.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paon

Métro Villejuif Léo Lagrange. L’avenue de Paris forme un long couloir que je dois remonter pour atteindre le numéro 131. Le vent s’y engouffre. Je plaque mon manteau contre moi pour me protéger du froid. Numéro 131. L’immense porte rouge refuse de s’ouvrir. Me serais-je trompée d’endroit ? Je lève les yeux sur la cime du bâtiment qui me fait face. “Le Chêne, centre de création alternatif”, puis-je lire sur ses hauteurs. De belles initiatives doivent prendre racine ici. Aujourd’hui, je dois serrer la main de Vincent Bodin. Il est le créateur de la Manufacture du Paon, une toute jeune entreprise artisanale qui fabrique à la main des carnets uniques confectionnés à partir de papiers récupérés.

De lourds sons métalliques me parviennent. Je me tiens peut-être devant la porte d’entrée d’un monde parallèle, où s’affaire sans relâche un peuple mutant donnant naissance à une forme de vie encore inconnue. J’imagine des monstres métalliques sortir du ventre incandescent d’une forge. Je glisse un oeil à l’intérieur de la fente de la boite aux lettres du Chêne. De la pénombre, je discerne la silhouette d’un jeune homme brun, des dreads telles des lianes se glissant le long de son tronc jusqu’au bas du dos.

www.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paon

Vincent ouvre la porte. Mon regard plonge dans l’immensité du lieu. Dans les airs, une verrière culmine à 5 mètres de hauteur. “C’était un ancien garage automobile” m’apprend Vincent, “Trois hangars se succèdent.” Nous passons devant la forge. A ses pieds, de drôles d’animaux en métal ; ils ont l’air plutôt dociles… J’ai la sensation de parcourir un monde souterrain, oscillant entre ombre et lumière. Un monde brut qui m’est étranger et que je trouve à la fois inquiétant et fascinant. Dans les dédales de ce monde si vaste et obscur, Vincent ouvre alors une porte. Celle qui mène à son atelier. Un petit espace qui contraste avec l’immensité du lieu.
www.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paon

“En voyage avec mes potes, on créait des petits carnets à partir de papiers récupérés”

C’est ici, dans ce petit atelier perché sur les hauteurs du Chêne, que Vincent Bodin et Aline Laporterie créent des carnets uniques et authentiques à partir de feuilles de papier récupérées, sous l’oeil approbateur d’un oiseau géant de résine. “En voyage, avec mes potes, on fabriquait des petits carnets de note avec des papiers que l’on récupéraient à droite à gauche“, m’explique Vincent. “Tout le monde disait ils sont supers vos carnets.” La graine était plantée. L’idée continue de germer dans la tête de Vincent sans que le projet ne sorte de terre. Jusqu’à sa rencontre avec Aline. “Je savais que je voulais monter ce projet mais je ne voulais pas le faire seul.” Ils s’étaient rencontrés 10 ans auparavant sur les bancs de la fac en médiation culturelle. “Il m’avait parlé de ce projet il y a 3 ans. Il en menait alors plusieurs en parallèle. Il lui a fallu attendre le moment approprié pour le lancer.” ajoute Aline. Il faut dire que cet ancien graphiste voyageur a parcouru l’Asie avec son Association Utopix qui avait pour mission de créer des projets artistiques en lien avec les populations locales. Après la semence, Vincent a laissé en jachère son idée. Mais, dans le terreau de son esprit, le temps a fait son oeuvre en douceur, pour qu’éclosent, en décembre 2015, les feuilles chamarrées des Carnets Paon.
www.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paon

“Ce que l’on veut, c’est faire un bel objet, et bien le faire”

Pour un mec qui évolue dans un milieu underground, Vincent est devenu concepteur lumière. Aline, elle, est animatrice socio-culturelle. “C’est important pour nous d’y travailler en intermittence et de produire peu, mais bien.” Si pour ce duo, récupérer du papier est important et véhicule des valeurs environnementales fortes, Vincent assure que ce qu’ils souhaitent avant tout est “d’arriver à développer un projet cohérent à l’échelle de nos vies. C’est important de récupérer du papier mais on ne le défend pas comme un étendoir. Ce que l’on veut, c’est faire un bel objet, et bien le faire. Qu’on prenne du plaisir à le fabriquer et que les gens qui l’achètent prennent du plaisir à l’utiliser”, assure Vincent.

www.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paon

Sur les étagères, des feuilles de toutes les espèces : marbrées, lignées, à gros carreaux, à p’tits carreaux, blanches, vertes fluos, illustrées… Aucune sélection génétique, Vincent et Aline acceptent tous types de feuilles, surtout celles qui n’intéressent plus personne. “On récupère du papier qui a du charme, qui a du grain mais qui n’a plus aucune valeur marchande.” Vendeurs des puces, librairie à Beïja, friches en Espagne… partout où ils le peuvent, ils récupèrent du papier. “Au fin fond des puces de Montreuil, j’ai trouvé des vieux cahiers d’enfants qui arboraient des dessins et des lignes d’écriture. C’était super émouvant. Ca raconte quelque chose avant même que tu aies raconté ta propre histoire.”

www.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonIl s’en raconte des histoires dans ce petit atelier. Des histoires que Vincent et Aline dénichent au fur à mesure qu’ils manipulent le papier. Là une histoire de début de siècle dernier quant le pain coutait 1F30 “Je tiens à lutter contre la vie chère. Depuis que le pain est à 1F30, je n’en mange plus”, lit Aline à voix haute avant de faire la découpe de de cette feuille tirée d’un journal de 1924. Les chutes de papier, telles des feuilles mortes, tombent nonchalamment à terre. Fidèles à leur philosophie, elles serviront à former un lit douillet aux carnets pour l’envoi des commandes. “Tiens”, dit Vincent, “là y a écrit “Si vous pouvez écrire, vous pouvez dessiner”. Si tu trouves ça dans un carnet, ça a du sens“. Chaque carnet est une surprise. On ne sait jamais ce que l’on va trouver à l’intérieur. Souvent, le hasard fait bien les choses. Certains propriétaires de carnets de la Manufacture du Paon retrouvent dans ses pages quelque chose qui le renvoi à sa propre histoire. “Par exemple, un mec m’a dit que dans son carnet se trouvait une carte de géographie… elle représentait la ville où il est né”, me raconte Aline.

www.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paon

“C’est à travers ce genre de projet que tu te réalises”

Pour ces amoureux du papier, les carnets contiennent déjà des bribes d’histoires et c’est à nous d’en inventer de nouvelles. “Moi c’est ça qui m’intéressait en voyage. Tous les papiers que je trouvais et avec lesquels je faisais un carnet chargeaient mes dessins ou mes écrits d’une émotion.”

L’émotion ne viendrait-elle pas non plus du fait que les carnets Paon sont entièrement conçus à la main ? Assemblage, mise au format, collage, contre-collage. Même la couverture à base de coton enduit, est peinte à la main. La couture, elle, fait un petit voyage en Bretagne, dans l’atelier de Lucie, une couturière spécialisée dans la voilerie, qui coud les 72 feuilles qui composent le carnet. Lorsqu’elle l’assemble, l’équipe prend soin de le composer avec 90% de papier vierge et 10% de papiers “qui racontent”.

www.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paon

Une fabrication “à la main” grâce à laquelle Vincent et Aline écrivent une nouvelle page de leur vie professionnelle. Pour Aline, exercer une activité manuelle est une autre manière de se réaliser. “Dans les activités comme l’artisanat, tu es amené à développer des compétences. Tu vas faire de la compta, du commercial, de la gestion, tu vas te couper le doigt… (rires !) Tu as la maitrise de ce qui se passe. Je pense que pour se réaliser, on a besoin de se déspécialiser. C’est à travers ce genre de projet que tu te réalises”, ajoute Vincent.

www.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paonwww.lesmainsbaladeuses.com-carnet-paon

Si dans les annales des conditions de travail, on a fait pas mal de gribouillis, Vincent et Aline esquissent, au travers des Carnets Paon, les traits d’un nouveau rapport au travail : plus respectueux de l’homme et de l’environnement. “Quand tu achètes un produit, tu achètes aussi un mode de vie qui va derrière. Si tu choisis un carnet fabriqué en grande série à l’étranger, tu achètes un temps de travail pénible pour quelqu’un.” Sur le papier, les Carnets Paon est un joli projet. Ils ont fait le choix de produire peu, de prendre le temps, mais la réalité du projet est une véritable interrogation. “Des questions économiques ont fait surface. Un carnet Paon, c’est du temps, un bel objet, un beau papier, une belle réalisation. Au delà de ça, on s’interroge beaucoup sur la viabilité du projet, sachant que l’on ne veut pas faire l’impasse sur le plaisir du travail.”, assure Vincent. Mais la question reste entière : comment continuer à se faire plaisir tout en ayant un modèle économique viable ?

Une page vierge sur laquelle la jeune équipe va pouvoir esquisser de nouvelles solutions, guidée par ses valeurs…
◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂
www.lesmainsbaladeuses-carnetpaonLa Manufacture du Paon
www.carnetpaon.fr

◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂◂

 

You Might Also Like

11 Comments

  • Reply Carmen 10 février 2016 at 13:23

    Tellement heureuse de te lire à nouveau…En fait, je t’ai croisée aussi , à ma grande surprise et pour mon plus grand bonheur, au gré de ma lecture de Psychologie Positive!!! Merci.

    • Reply magperr83 10 février 2016 at 18:40

      Bonjour Carmen ! Quel plaisir de vous retrouver ici. Merci de votre fidélité :-)
      J’ai effectivement participé au dernier numéro de psychologie positive. Une chouette expérience et une autre manière de valoriser les artisans et de transmettre des messages qui me sont chers. A bientôt !

  • Reply La vie qui me ressemble 10 février 2016 at 14:23

    Super article, belle découverte, très poétique ! Merci pour ce petit voyage au milieu de jolis papiers.

    • Reply magperr83 10 février 2016 at 18:43

      Merci beaucoup pour ton commentaire. Je suis contente d’avoir pu te faire voyager un peu. Très joli projet que le tien… Nous avons des choses en commun apparemment ! Au plaisir de te croiser ici une prochaine fois. Magali

  • Reply Laizé 11 février 2016 at 19:16

    Merci de nous faire découvrir le raffinement manuel de ces artisans.
    Dominique

    • Reply magperr83 11 février 2016 at 21:08

      Merci à vous de votre visite sur le blog :-) A bientôt j’espère !

  • Reply AndreL 14 février 2016 at 17:57

    Perso j adore votre blog =)

    • Reply magperr83 14 février 2016 at 22:42

      Merci de votre visite sur le blog André ! A bientôt :-)

  • Reply pépé 22 février 2016 at 17:36

    toujours très bien, continue comme çà, tu nous fais plaisir

  • Reply Pauline, Détours Magazine 2 mars 2016 at 02:45

    Très jolies découvertes, votre blog tout d’abord et la Manufacture du Paon. Merci.

    • Reply magperr83 2 mars 2016 at 11:09

      Merci Pauline pour votre commentaire et merci d’avoir fait un détour (;-) sur le blog :-) A bientôt !

    Leave a Reply